Je regarde, feuille à feuille,
S'éparpiller dans le soir
Le manteau d'or et d'orgueil
De ces grands arbres noirs ;

Je regarde, goutte à goutte,
Tomber comme du sang,
Les feuilles… et le soir en déroute
Tourne et fuit dans le couchant ;

On rêverait toute une vie
D'espoir si vain qu'on en doute
- Mais voici la côte gravie,
Et voici le soir, et la route

1899


Francis Vielé-Griffin

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.