Dans un clair ruisseau Dyrcé voit ses charmes ;
Ses regards pourtant se voilent de larmes...
Calaïs lui dit : — Printemps gracieux !
Laisse mon baiser sécher tes beaux yeux,
Et dis quel chagrin cause tes alarmes ?...

La belle reprend d'un air attristé :
Le ciel n'est, dit-on, que joie et clarté,
Mais la terre est bonne et la vie est douce :
Pour me consoler, là-haut dans la mousse,
Va chercher la fleur d'immortalité ! —

Calaïs qu'entraîne une ardente fièvre,
Répond : — De chagrin que ton cœur se sèvre !...
Il court, puis revient disant : — la voici !
Et la blonde enfant s'écrie : — Oh ! merci !...
Et, prenant la fleur, la porte à sa lèvre...

Mais soudain tremblante et le front baissé,
Pâle comme un lys par le vent froissé,
De larmes ses yeux s'emplissent encore ;
Et le beau chasseur, de sa voix sonore,
Lui dit : — Qu'as-tu donc à pleurer, Dyrcé ?...

Quoi ! des pleurs toujours, belle infortunée !
Quel souci tient donc ton âme enchaînée ?...
— O méchant garçon, perfide et cruel,
Ce n'est pas la fleur qui rend immortel,
C'est la fleur d'amour que tu m'as donnée !...

Calaïs l'embrasse et dit en riant :
— Qu'importent les jours et leur vol fuyant !
A vivre deux fois ma fleur te convie...
Oui, la fleur d'amour est la fleur de vie,
Car l'amour vainqueur se rit du néant !

— Ah ! reprend Dyrcé, quand ta main la donne,
La fleur dont l'attrait jusqu'au cœur rayonne,
Mon cœur trop charmé ne peut refuser...
Ma vie est liée à ton doux baiser :
Que la fleur d'amour reste ma couronne !


Gabriel Monavon

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.