La honte à l'œil baissé ne me fera point taire,
Je ne craindrai l'orgueil du causeur affeté,
Je ne me cacherai pour n'être fréquenté,
Laissant la sainte Amour qui ne me veut complaire.

Je connais maintenant mon humeur téméraire,
C'est trop pour un mortel qu'une Divinité,
J'aimerai - comme humain - la douce humanité,
Dont l'invincible mort ne me saurait distraire.

J'ai adoré longtemps, gonflé de belle ardeur,
Théophile aux beaux yeux, Déesse de l'honneur,
Qui a d'un chaste vœu repu ma triste vie.

Adieu donc feu m'Amour, miracle glorieux,
Je suis trop peu pour vous digne des mêmes Dieux,
Je vais voir les douceurs de l'humble Noémie.


Marc de Papillon de Lasphrise

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.