Il est une blanche fleurette
Qui, sous les caresses de Mai,
Ouvre sa fraîche collerette
A l'œil qui s'arrête charmé.

Jeunes, son aspect nous attire ;
Vieux, il semble nous rajeunir :
Chaque âge près d'elle soupire
D'espérance ou de souvenir.

Elle n'a pas ce frais dictame,
Haleine des rosiers en fleurs,
Mais elle sait parler à l'âme,
Elle est l'interprète des cœurs.

Au désir qui la questionne,
Elle répond avec bonté :
Les pétales de sa couronne
Sont un oracle incontesté.

Chaque feuille qui, de l'attente,
Tombe victime tour-à-tour,
Devient pour l'âme palpitante,
Le thermomètre de l'amour....

De ses quinze ans Rose inquiète,
Déjà rêvant un doux aveu,
Vient demander à la fleurette
Si le beau Sylvain l'aime UN PEU.

De plus en plus son sein palpite,
Son front se penche tout à coup ;
Mais, fleur d'espoir, la Marguerite
Lui dit : Sylvain t'aime BEAUCOUP !

A vingt ans, tu peux, jeune fille,
L'interroger impunément :
A cet âge heureux, la sibylle
Dit toujours : — PASSIONNÉMENT...

Mais que la prudence t'arrête,
Ne pousse pas l'oracle à bout ;
Plus tard, tu pourrais, ma pauvrette,
Pour réponse avoir : — PAS DU TOUT.

Marguerite ! des fronts de reine
Sous ton nom se sont illustrés ;
Toi, plus modeste souveraine ,
Tu fais l'ornement de nos prés.

L'orage, au-dessus de ta tête,
Obscurcit le vaste horizon...
Mais rassure-toi, la tempête,
Respecte un trône de gazon.

De tes sœurs, orgueil du parterre,
Le règne ne dure qu'un jour ;
Mais le tien, loin d'être éphémère,
Est éternel comme l'amour !...


Gabriel Monavon

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.