Toujours le malheureux t'appelle,
Ô Nuit, favorable aux chagrins !
Viens donc, et porte sur ton aile
L'oubli des perfides humains.

Voile ma douleur solitaire ;
Et lorsque la main du Sommeil
Fermera ma triste paupière,
Ô dieux ! reculez mon réveil ;

Qu'à pas lents l'Aurore s'avance
Pour ouvrir les portes du jour ;
Importuns, gardez le silence,
Et laissez dormir mon amour.


Évariste de Parny

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.