LA Rose que Marie à son amie Anna
Donna,
Était couverte alors des gouttes d’une averse
Qui lui faisait pencher la tête à la renverse.

L’abondante rosée alourdissait la fleur,
Son cœur
De ses larme gonflé, semblait pleurer encore
Sur les boutons absents qu’elle avait à l’aurore.

Témoin de ses douleurs, je compris son chagrin :
Soudain,
Je la pris vivement pour étancher ses larmes,
Mais je la vis tomber effeuillée – et sans charmes.

Ah ! me dis-je, tel est le rôle qu’ici-bas
Hélas !
Bien des gens, parmi nous s’érigeant en Socrates,
Jouent sans remords auprès des âmes délicates.

Si j’eusse su te prendre avec plus de douceur
Ô Fleur !
Pour quelques jours encor tu restais fraîche et belle,
Et faisais l’ornement d’Anna, ta sœur jumelle !


William Cowper

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Plus de Poésie Gratuite sur Poetica Mundi

- Coloriage et écriture créative : Profitez des bienfaits de ces activités.
- Livres numériques : Anthologies et recueils célèbres.
- Poésie à encadrer : Poèmes à imprimer.
- Newsletter : Poèmes par e-mail.
- Poetica Mundi sur YouTube et Instagram.

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !

Blogueur et amateur de poésie, je suis heureux de pouvoir partager notre belle poésie française avec mes lecteurs. Qu'elle fasse partie de votre quotidien comme elle fait partie du miens et vous apporte de la détente et de la joie.
Johann - Poetica Mundi