Laboureur, n’est-ce pas qu’elle est belle, la terre,
Qu’elle est plaisante à l’œil, qu’elle est douce à la main
Et qu’après un orage il monte de son sein
Une odeur enivrante, ardente et salutaire ?

Si tu souris au blé que ta charrue enterre,
Ce n’est pas seulement pour le souci du pain ;
Tu trouves ton plaisir à voir germer le grain,
Par admiration pour le fécond mystère.

L’argile est un habit que nous revêtirons ;
Nous sortons de la terre et nous y rentrerons,
Mais nul n’a moins que toi frayeur du cimetière ;

Car tu sais que la Vie est fille de la Mort
Et tu surprends parfois, sous la glèbe qui dort,
Le principe divin, veillant dans la matière.


Gustave Le Vavasseur

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.