Éros m'a frappé d'une tige molle
D'œillets odorants récemment cueillis
Il fuit à travers les sombres taillis,
À travers les prés il m'entraîne et vole.
Sans une onde vive où me ranimer,
Je le suis, je cours dès l'aube vermeille ;
Mes yeux sont déjà près de se fermer,
Je meurs ; mais le Dieu me dit à l'oreille :
- Oh ! le faible cœur qui ne peut aimer ! -


Charles Marie René Leconte de Lisle

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.