Lorsqu'Adam fut chassé de l'Eden enchanteur,
Il s'arrêta devant son entrée interdite,
Puis il maudit son sort, sa faiblesse séduite :
Ce qu'il voyait alors pressentait le malheur.

En promenant au loin sa misère et sa fuite,
Il apprit à porter son fardeau de douleur !
Il soupire un instant, puis il vit et s'agite :
Le mouvement pour lui devient consolateur ! …

Vous, dont je n'aurai plus ni l'amour, ni les charmes,
Tel serai-je ! avec vous, je n'avais que des larmes,
Pour ce que je connus, je n'avais que soupirs !

Sans doute, en mon ciel, je me ferai plus sage ;
De la tentation je fuirai le naufrage ! …
Pourtant je ne puis voir mon
Eden sans désirs !


Jules Verne

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.