« J’ai dépassé le peuplier
Que la brise humide et plaintive
Incline, argenté et fait plier
Sur les eaux calmes de la rive.

« J’ai surmonté le vert coteau,
La source et les moelleux ombrages
Dont la tourelle du château
Voile ses antiques vitrages.

« J’ai dépassé ce roc plus fier,
Où la cascade qui se dore,
De son nuage blanchit l’air,
Autour du gouffre obscur encore.

« Salut ! beau ciel ! libre, perlé !
Ciel nuancé d’or et d’opale !
De là-haut le lac est voilé !
Les blés sont gris, le monde est pâle !

« Mon léger vol toujours poursuit
La lueur tendre et matinale,
Les dernières ondes du bruit,
La rêveuse étoile qui luit
La nuit.

« Ma voix limpide et pure
Coule des sons d’amour,
Même avant la nature
Je vole vers le jour.
Mon aile qui scintille
Fend l’air !
Je frétille
Et grésille
Dans l’éther !

« Mais soudain j’ai vu le zéphyre,
Fatigué de suivre mon vol,
S’asseoir au ciel et me sourire
Et dire :
« Petit oiseau, n’es-tu pas fol,
« Oh ! bien fol de risquer ton aile
« Si loin dans la voûte éternelle,
« Trop haut,
« Trop tôt ?

« Par delà le ciel qui s’azure
« La nuit s’ouvre, je te l’assure,
« Mugissante, insondable, obscure.
« Petit oiseau, descends, descends,
« Pendant qu’il en est encor temps !
Mais l’alouette et la jeune âme
Ont trop d’amour et trop de flamme
Pour demeurer en bas,
Hélas !

Oh ! n’embrassons pas tant d’espace,
Jeunes esprits, joyeux oiseaux,
Car les cieux même ont des tombeaux
Pour qui nourrit trop son audace !


Frédéric Monneron

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.