Dans le noir sillon solitaire
Tout le jour nous avons lutté :
Mais le soir sacre de clarté
La plaine soudain plus austère.

Nous rêvions — nous, gens de la terre !
Vous, récolte, et moi, volupté.
Un brusque angélus a tinté
Qui nous trouble de son mystère.

Comme vous, je joins pour prier
Mes mains de terrestre ouvrier…
Mais peut-être nos cœurs serviles,

Même en ce soir religieux,
Gardent l’amour des glèbes viles
Et la peur de songer aux cieux.


Éphraïm Mikhaël

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.