L'anneau madré qui le doigt environne,
Le petit doigt de vôtre main senestre
Par sa rondeur, le parfait de son estre,
L'heureuse fin de nos amours couronne.

Pourquoy est-ce que souvent je m'étonne
D'avoir mon cœur en si bon lieu pu mettre,
Que je n'en soy' aucunement plus maistre,
Et moins de moy, qui le vous abandonne ?

Faites ainsi du vôtre en mon endroit,
Dame, pour qui ma jeunesse voudroit
Les passions d'Ixion endurer.

Envoyés moy, si voulés que je vive,
L'un de ces deux : ou n'en seriés hastive,
Rien ne me sert de le plus esperer.


Philibert Bugnyon

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann