L’amateur reçoit son courrier ! fiévreusement,
Même avant de toucher aux plis qu’il sait intimes,
Il court aux Catalogues et, rapidement,
Non encore rabidement, sans trop de crimes

Projetés ou conçus pour l’amour de sublimes
Emplettes, et voici qu’il tombe, justement !
Sur celui du libraire aux malices ultimes
Qui ne vend pas trop cher pour vendre sûrement,

Et d’une main fiévreuse, mais honnête, dame,
On est honnête ! et comme il a vu tel bouquin,
Qu’il convoite depuis... tant d’ans ! un vrai béguin !

Il envoie au Négociant un télégramme :
« Gardez-Le-moi. » — « C’est fait », répond avant la nuit
Un petit bleu.
Le bon Client s’évanouit.


Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.