Dans l’alcôve de ma voisine,
Un mardi gras, me réveillant,
Sous mes habits je vois Rosine
Qui se mirait en souriant :
À sa bouche un cigare fume ;
D’un grivois elle a le maintien :
Oh ! qu’elle est bien !
Oh ! qu’il est bien !
Beau masque, à ce joli costume
Pour mon bonheur ne change rien.

Je comprends que d’un jeune esclave
Virgile ait soupiré le nom ;
Je comprends les mœurs du conclave
Et les soupers d’Anacréon.
Mais son Bathyle, je présume,
Aurait pâli rival du mien :
Oh ! qu’elle est bien !
Oh ! qu’il est bien !
Beau masque, à ce joli costume
Pour mon bonheur ne change rien.

Mais, sur une tête mignonne,
Enfant, ce chapeau doit peser.
Les cheveux noirs qu’il emprisonne
Hier appelaient le baiser.
Laisse-les suivant ta coutume,
Flotter sans voile et sans lien :
Oh ! qu’elle est bien !
Oh ! qu’il est bien !
Beau masque, à ce joli costume
Pour mon bonheur ne change rien.

Grâce pour deux captifs encore !
Oui, foule aux pieds ce frac étroit.
En vain, sur la vitre sonore,
L’aquilon souffle humide et froid :
Mon cœur, que le désir consume,
Palpitera chaud près du tien :
Oh ! qu’elle est bien !
Oh ! qu’il est bien !
Beau masque, à ce joli costume
Pour mon bonheur ne change rien.

Et je poursuis, et la fillette,
Riant toujours, toujours cédant,
Se voit réduite à la toilette
Qui parait Ève aux yeux d’Adam.
Trésor à trésor, sur la plume,
Je puis recompter tout mon bien :
Oh ! qu’elle est bien !
Oh ! qu’il est bien !
Beau masque, à ce joli costume
Pour mon bonheur ne change rien.


Hégésippe Moreau

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.