Dans le bal tournoyant que conduit la Folie,
On voit, roses et noirs, les masques se mêler ;
Puis quand la verte Aurore au matin vient souffler
Sur les lustres mourants et leur flamme pâlie,


Quand le dernier quadrille a cessé de ronfler
Dans la salle muette à moitié désemplie,
Alors le masque noir ou rose se délie
Et le secret des traits vient à se révéler.


Ainsi dans cette Vie humaine chacun porte
Un Masque que demain doit dénouer la Mort,
Masque, nom passager, illustre, obscur, qu’importe ?


Pseudonyme d’un jour qu’on quitte quand on sort,
Ce masque ici, lecteur, je l’ôte, et je te livre
Mon cœur, mon sombre cœur, au miroir de ce livre.


Paul Haag

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann