Les champs las vont dormir. La terre se repose
Dans sa robe de neige au vif scintillement,
En son fécond sommeil préparant lentement
La future moisson et la prochaine rose.

Toute la vie humaine est en la terre enclose.
La fleur s’épanouit où mûrit le froment ;
Comme une gloire autour de l’auguste aliment,
L’innombrable beauté des formes est éclose.

La terre dort. Qui sait ― ô mystère infini ! ―
Tout ce qui se disjoint et tout ce qui s’unit
Dans l’ombre, pour former ce sang divin : la sève ?

La terre se repose en travaillant toujours.
Et moi qui l’aime et qui connais ses labeurs sourds,
Au lieu de préparer l’œuvre à venir, je rêve…


Albert Lozeau

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.