A Thulé vivait un bon roi.
Près de mourir, sa belle
Remit une coupe à sa foi ;
En main, l’or étincelle.

Il ne boit plus qu’en ce trésor.
La coupe est toujours neuve ;
Et du roi la paupière encor
Se mouille, à chaque épreuve.

Et quand il s’en vint à trépas,
Villes et tout, il donne
A l’héritier de ses Etats,
Mais la coupe, à personne.

Dans la grand’salle des aïeux,
Haut, sur la mer profonde,
Il fait le banquet des adieux :
Chevaliers à la ronde.

Debout, le vieillard boit encor
Et prend congé du monde ;
Il a lancé la coupe d’or
Dans le flot bleu qui gronde.

Penché, la voit plongeant, des cieux
Dans la vague farouche,
Puis retombe et ferme les yeux ;
Plus ne rouvrit la bouche.


Henri-Frédéric Amiel

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.