Quand les Géants tordus sous la foudre qui gronde
Eurent enfin payé leurs complots hasardeux,
La terre but le sang qui stagnait autour d’eux
Comme un linceul de pourpre étalé sur le monde.

On dit que, prise alors d’une pitié profonde,
Elle cria « Vengeance ! » et, pour punir les Dieux,
Fit du sable fumant sortir le cep joyeux
D’où l’orgueil indompté coule à flots comme une onde.

De là cette colère et ces fougueux transports
Dès que l’homme ici-bas goûte à ce sang des morts
Qui garde jusqu’à nous sa rancune éternelle.

Ô vigne, ton audace a gonflé nos poumons
Et sous ton noir ferment de haine originelle
Bout encor le désir d’escalader les monts.


Louis Bouilhet

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.