Un vieux Singe malin étant mort, son ombre descendit dans la sombre demeure de Pluton, où elle demanda à retourner parmi les vivants.

Pluton voulait la renvoyer dans le corps d’un âne pesant et stupide, pour lui ôter sa souplesse, sa vivacité et sa malice ; mais elle fit tant de tours plaisants et badins, que l’inflexible roi des Enfers ne put s’empêcher de rire et lui laissa le choix d’une condition.

Elle demanda à entrer dans le corps d’un perroquet.

« Au moins, disait-elle, je conserverai par là quelque ressemblance avec les hommes, que j’ai si longtemps imités. Étant singe, je faisais des gestes comme eux ; et étant perroquet, je parlerai avec eux dans les plus agréables conversations. »

A peine l’âme du Singe s’était introduite dans ce nouveau métier, qu’une vieille femme causeuse l’acheta.

Il fit ses délices ; elle le mit dans une belle cage.

Il faisait bonne chère, et discourait toute la journée avec la vieille radoteuse, qui ne parlait pas plus sensément que lui.

Il joignait à son nouveau talent d’étourdir tout le monde je ne sais quoi de son ancienne profession:il remuait sa tête ridiculement ; il faisait craquer son bec; il agitait ses ailes de cent façons, et faisait de ses pattes plusieurs tours qui sentaient encore les grimaces de Fagotin.

La vieille prenait à toute heure ses lunettes pour l’admirer.

Elle était bien fâchées d’être un peu sourde, et de perdre quelquefois des paroles de son Perroquet, à qui elle trouvait plus d’esprit qu’à personne.

Ce Perroquet gâté devint bavard, importun et fou.

Il se tourmenta si fort dans sa cage, et but tant de vin avec la vieille, qu’il en mourut.

Le voilà revenu devant Pluton, qui voulut cette fois le faire passer dans le corps d’un poisson, pour le rendre muet:mais il fit encore une farce devant le roi des ombres; et les princes ne résistent guère aux demandes des mauvais plaisants qui les flattent.

Pluton accorda donc à celui-ci qu’il irait dans le corps d’un homme.

Mais comme le dieu eut honte de l’envoyer dans le corps d’un homme sage et vertueux, il le destina au corps d’un harangueur ennuyeux et importun, qui mentait, qui se vantait sans cesse, qui faisait des gestes ridicules, qui se moquait de tout le monde, qui interrompait les conversations les plus polies et les plus solides, pour dire des riens ou les sottises les plus grossières.

Mercure, qui le reconnut dans ce nouvel état, lui dit en riant:« Ho ! ho ! je te reconnais; tu n’es qu’un composé du Singe et du Perroquet que j’ai vu autrefois. Qui t’ôterait tes gestes et tes paroles apprises par cœur sans jugement, ne laisserait rien de toi. D’un joli singe et d’un bon perroquet, on n’en fait qu’un sot homme. »
Oh ! combien d’hommes dans le monde, avec des gestes façonnés, un petit caquet et un air capable, n’ont ni sens ni conduite !

Fénelon

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.