Derrière l’épaisseur et le pur incarnat
Des lèvres, qu’en passant fait palpiter l’haleine,
On entrevoit les dents découvertes à peine,
Comme une aube à travers de frais rideaux grenat.

Ce n’est rien qu’un rayon, un filet délicat
Dans la bouche pourprée étincelante et faine ;
La parole les montre en blancheur incertaine ;
Le rire, plus ouvert, en révèle l’éclat.

Sous la suavité des lèvres amoureuses,
Attirantes aussi, vous luisez dangereuses.
Voluptueusement vous nous blessez un jour,

Blanches dents sans pitié, petites dents aiguës,
Qui déchirez le rêve, et faites que l’amour
Boit les baisers ainsi que d’amères ciguës !


Albert Mérat

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.