Le tambour bat aux champs et le drapeau s’incline. 
De la Bastille au pied de la morne colline 
Où les siècles passés près du siècle vivant 
Dorment sous les cyprès peu troublés par le vent, 
Le peuple a l’arme au bras ; le peuple est triste ; il pense ; 
Et ses grands bataillons font la haie en silence. 

Le fils mort et le père aspirant au tombeau 
Passent, l’un hier encor vaillant, robuste et beau, 
L’autre vieux et cachant les pleurs de son visage ; 
Et chaque légion les salue au passage. 

O peuple ! ô majesté de l’immense douceur ! 
Paris, cité soleil, vous que l’envahisseur 
N’a pu vaincre, et qu’il a de tant de sang rougie, 
Vous qu’un jour on verra, dans la royale orgie,
Surgir, l’éclair au front, comme le commandeur, 
O ville, vous avez ce comble de grandeur 
De faire attention à la douleur d’un homme. 
Trouver dans Sparte une âme et voir un cœur dans Rome, 
Rien n’est plus admirable ; et Paris a dompté 
L’univers par la force où l’on sent la bonté. 
Ce peuple est un héros et ce peuple est un juste. 
Il fait bien plus que vaincre, il aime. 

O ville auguste, 
Ce jour-là tout tremblait, les révolutions 
Grondaient, et dans leur brume, à travers des rayons, 
Tu voyais devant toi se rouvrir l’ombre affreuse 
Qui par moments devant les grands peuples se creuse ; 
Et l’homme qui suivait le cercueil de son fils 
T’admirait, toi qui, prête à tous les fiers défis, 
Infortunée, as fait l’humanité prospère ; 
Sombre, il se sentait fils en même temps que père, 
Père en pensant à lui, fils en pensant à toi. 

Que ce jeune lutteur illustre et plein de foi, 
Disparu dans le lieu profond qui nous réclame, 
O peuple, ait à jamais près de lui ta grande âme ! 
Tu la lui donnas, peuple, en ce suprême adieu.

Que dans la liberté superbe du ciel bleu, 
Il assiste, à présent qu’il tient l’arme inconnue, 
Aux luttes du devoir et qu’il les continue. 
Le droit n’est pas le droit seulement ici-bas ; 
Les morts sont des vivants mêlés à nos combats, 
Ayant tantôt le bien, tantôt le mal pour cibles ; 
Parfois on sent passer leurs flèches invisibles. 
Nous les croyons absents, ils sont présents ; on sort 
De la terre, des jours, des pleurs, mais non du sort ; 
C’est un prolongement sublime que la tombe. 
On y monte étonné d’avoir cru qu’on y tombe. 
Comme dans plus d’azur l’hirondelle émigrant, 
On entre plus heureux dans un devoir plus grand ; 
On voit l’utile avec le juste parallèle ; 
Et l’on a de moins l’ombre et l’on a de plus l’aile. 
O mon fils béni, sers la France, du milieu 
De ce gouffre d’amour que nous appelons Dieu ; 
Ce n’est pas pour dormir qu’on meurt, non, c’est pour faire 
De plus haut ce que fait en bas notre humble sphère ; 
C’est pour le faire mieux, c’est pour le faire bien. 
Nous n’avons que le but, le ciel a le moyen. 
La mort est un passage où pour grandir tout change ; 
Qui fut sur terre athlète est dans l’abîme archange ; 
Sur terre on est borné, sur terre on est banni ; 
Mais là-haut nous croissons sans gêner l’infini ; 
L’âme y peut déployer sa subite envergure ; 
C’est en perdant son corps qu’on reprend sa figure. 
Va donc, mon fils ! va donc, esprit ! deviens flambeau.

Rayonne. Entre en planant dans l’immense tombeau ! 
Sers la France. Car Dieu met en elle un mystère, 
Car tu sais maintenant ce qu’ignore la terre, 
Car la vérité brille où l’éternité luit, 
Car tu vois la lumière et nous voyons la nuit.

Victor Hugo

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.