Refrain

Biches folâtres ou rêveuses,
Malheur aux daims que nous charmons !
Le monde nous appelle aimeuses :
Eh bien ! aimons.

1

Nous n'allons pas, pour nos familles,
Suant l'été, gelant l'hiver,
Disputer, comme tant de filles,
Maigre vivre et mince couvert.
Morale ?... Assez ! Pudeur ?... Bêtise !
La sphère où nous nous enfermons
N'admet pas cette marchandise.
— Et que faites-vous ? — Nous aimons !

Refrain

2

Les juifs avalent leurs Madeleines ;
Les fils d'Homère, leurs Phrynés :
Délaçons pour tous les baleines
De nos corsets capitonnés.
Rousses, blondes, brunes ou noires,
Sous tous les poils, sous tous les teints,
Qu'il pourrait raconter d'histoires,
Le cercle de nos yeux éteints !

Refrain

3

Pauvres épouses légitimes,
Vos maris sont las de sermons.
Avec vos grands airs de victimes,
Faites-les fuir : nous les plumons.
Vous nous appelez impudiques :
Ingrates ! que diriez-vous donc
Des tendresses peu platoniques
D'Alexis et de Corydon ?

Refrain

4

L'agréable enfonce l'utile :
Pour nous que de travaux forcés !
Notre atelier, c'est la grand ville ;
Nos outils, vous les connaissez.
De regrets le cœur économe
Se donne et se prend tour à tour.
L'art avant tout ; qu'importe l'homme !
Ce que nous aimons, c'est l'amour.

Refrain

5

Vient l'âge et ses métamorphoses :
La laideur !... Mieux vaut le trépas.
Hélas ! que deviennent les roses ?
Nous le savons : n'en parlons pas.
Imitant nos frasques fameuses,
Lorsque nos yeux seront fermés,
Nos filles seront des aimeuses ;
Pour nos fils, ils seront... aimés

Refrain


Eugène Imbert

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.