Peuple orageux qui des antres sauvages
Sort en fureur,
De toutes parts nous semons les ravages
Et la terreur.

Allez, nous dit le Dieu qui nous déchaîne,
Et nous allons.
Comme un roseau nous abattons le chêne
Dans les vallons.

Des vastes mers qui séparent les mondes
Troublant les eaux,
Sur les écueils nous déchirons les ondes.
Et les vaisseaux.

Vienne l’hiver, à travers les ramures
Des bois flétris,
Nos tourbillons roulent de longs murmures.
Et de longs cris.

Avec fracas promenant les tempêtes.
Au firmament,
Nous mugissons ainsi que les trompettes
Du jugement.

Brises du soir, vents de t’aube naissante,
Faibles et doux ;
Vous ignorez quelle âme frémissante.
S’agite en nous.

Comme un essaim de caressants génies
Aux heureux chants,
Vous effleurez de vos ailes bénies
Les fleurs des champs.

Peuple orageux qui des antres sauvages
Sort en fureur,
De toutes parts nous semons les ravages
Et la terreur.

De but lointain, de long voyage à faire,
Il n’en est pas.
Nous franchissons l’un et l’autre hémisphère
En quatre pas.

Ciel sans limite, océan sans falaise,
Sol aplani,
Le seul espace où nous soyons à l’aise,
C’est l’infini.

C’est l’infini, ce domaine sublime,
Illimité,
Où nous chantons d’une voix unanime
La liberté !


Joseph Autran

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.