C'est à Paris qu'on voit la foule
Se rassembler au moindre bruit ;
Si c'est un pochard qui se roule,
Prenant le ruisseau pour son lit...
Le sage en passant le contourne,
Mais... le badaud s'arrêtera,
Tant que la terre tourne, tourne,
Tant que la terre tournera


Refrain

Badauds par ci,
Badauds par là,
Faisant ceci...
Faisant cela...
A Paris l'on ne voit que ça ! (bis.)


Qu'un perroquet bavarde ou siffle,
Qu'un promeneur casse un carreau ;
Qu'un passant reçoive une gifle,
Qu'un vieux carlin tombe dans l'eau...
Les badauds accourent en foule,
Et sur les ponts on en verra,
Tant que la Seine coule, coule,
Tant que la Seine coulera !


Refrain


Le soir quand la lune grimace,
Et fait aboyer les bassets ;
Les yeux interrogent l'espace,
Les filous vident les goussets.
Des badauds la grande famille,
Sur le trottoir s'assemblera...
Tant que la lune brille, brille,.
Tant que la lune brillera !


Refrain


Qu'un cheval d'omnibus se cabre.
Qu'un charlatan parle un peu haut ;
Qu'un cavalier perde son sabre,
Qu'un anglais boxe un porteur d'eau.
Des badauds s'assemble la foule,
Et cette race existera...
Tant que le globe roule, roule,
Tant que le globe roulera !


Refrain


Philippe Libes

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.