Parfois, des livres morts les mots semblent vivants,
Et je ne serais pas surpris, ô bons vieux maîtres,
Si vos mots anciens, familiers ou savants,
Avaient, pareils aux traits expressifs des enfants,
Des tressaillements vifs aux rides de leurs lettres !

Les mots souffrent, ayant aussi leurs passions.
Ils tremblent de colère, ils pleurent de détresse ;
Ils déchaînent la guerre au sein des nations ;
Et les mots de Ronsard sont pleins d’affliction
Devant le sang qui coule et le bûcher qu’on dresse !

Souvent, certains d’entre eux ont des sourires fins ;
On voit réellement leur mobile figure ;
Ils ont des yeux, ils font des gestes de leurs mains ;
Et les mots de Corneille ainsi sont des Romains
Que la religion de l’honneur transfigure.

Et d’autres ont un cœur brûlant de volupté !
Pas un qui par un soir d’aveu ne s’attendrisse !
Ils sont voués au culte ardent de la Beauté ;
Et les mots de Musset ont tous, en vérité,
Un long pleur éternel qui resplendit et glisse…


Albert Lozeau

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.