Il en est des moutons comme des écoliers ;
À voir leur uniforme, on les croit tous les mêmes,
Ils ont également l’air d’être forts en thêmes,
Ils ont tous de grands yeux et des fronts réguliers ;

Mais on en tâterait vainement des milliers
Sans trouver deux pareils dans ces visages blêmes ;
Tantôt fous, tantôt lourds, ils passent aux extrêmes
Mais tous ont la dent prompte à ronger les halliers.

Au sortir du bercail tout le troupeau s’emporte
Et, quand il faut rentrer, il s’écrase à la porte :
Tous veulent marauder quand ils sont au pâtis

Mais on sent qu’ils ont peur d’un œil qui les regarde.
Que faut-il pour grouper au camp grands et petits ?
— Un signe du berger ou du chien qui les garde.


Gustave Le Vavasseur

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.