À la place où je suis, à la place où vous êtes,
Dans la mousse mouillée et dans le gazon sec,
Elles sont par milliers, faisant crier leur bec,
Miroiter leur corsage et scintiller leurs crêtes.

Les savants, sans pitié pour ces petites bêtes,
Dont l’existence tient l’athéisme en échec,
Leur ont donné des noms affreux tirés du grec
Que les nomenclateurs ont cloués dans leurs têtes.

Comme des papillons rangés dans un vitrail,
Ils ont chacun leur carte et chacun leur épingle
Et leur taffetas vert qui glisse sur la tringle.

Qu’il vous paraîtra vain, cet aride travail,
Le jour où vous verrez, aveugles créatures,
Les vides effrayants de vos nomenclatures !


Gustave Le Vavasseur

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.