Les Toscans batailloyent donnant droit dedans Rome
Les armes à la main, la fureur sur le front,
Quand on veit un Horace avancé sur le pont,
Et d'un coup arrester tant d'hommes par un homme.
Apres un long combat et brave qu'on renomme
Vaincu non de valeur, mais d'un grand nombre il rompt
De sa main le passage et s'eslance d'un bond
Dans le Tybre, se sauve, et sauve tout en somme,
Mon amour n'est pas moindre, et quoy qu'il soit surpris
De la foule d'ennuis qui troublent mes esprits,
Il fait ferme et se bat avec tant de constance
Que pres des coups il est esloingné de danger,
Et s'il se doit enfin dans ses larmes plonger,
Le dernier desespoir sera son esperance.


Jean de Sponde

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.