Je pars…nul écho sur la rive,
Pas un murmure dans les bois ;
Pas un bruit de feuille plaintive :
Le will-poor-will même est sans voix.
La Nature semble endormie,
Le front d’un nuage voilé ;
Nul souffle sur l’onde assoupie :
Dieu guide le pauvre exilé !

Je pars… adieu, pinière sainte !
Adieu, mes deux cyprès jumeaux !
Adieu, vieux chênes de l’enceinte,
Mélèzes verts, aux frais rameaux !
Caché sous vos voiles de mousse,
Je ne goûterai plus, l’été,
L’ombre et la sieste si douce :
Dieu guide le pauvre exilé !

Je pars… et pour toujours peut-être,
Sans espérance de retour ;
Loin des bayous qui m’ont vu naître,
Je fuis, le cœur brisé d’amour.
Des pins la sauvage harmonie
Hélas ! ne m’a point consolé ;
Il me faut le ciel d’Italie !
Dieu guide le pauvre exilé !

Oui, je veux respirer l’arome
Des mélèzes de Trivoli :
J’irai, sur les débris de Rome,
Chercher le silence et l’oubli.
Tu verses, ô ville éternelle,
Le calme à tout cœur désolé ;
Que je m’endorme sous ton aile !
Dieu guide le pauvre exilé !


Dominique Rouquette

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.