Une Ourse avait un petit Ours qui venait de naître.

On ne reconnaissait en lui aucune figure d’animal : c’était une masse informe et hideuse.

L’Ourse, toute honteuse d’avoir un tel fils, va trouver sa voisine la Corneille, qui faisait grand bruit, par son caquet, sous un arbre.

" Que ferai-je, lui dit-elle, ma bonne commère, de ce petit monstre ? J’ai envie de l’étrangler.

Gardez-vous-en bien, dit la causeuse:j’ai vu d’autres Ourses, dans le même embarras que vous. Allez léchez doucement votre fils; il sera bientôt joli, mignon et propre à vous faire honneur. "

La mère crut facilement ce qu’on lui disait en faveur de son fils.

Elle eut la patience de le lécher longtemps.

Enfin, il commença à devenir moins difforme et elle alla remercier la Corneille en ces termes : « Si vous n’eussiez modéré mon impatience, j’aurais cruellement déchiré mon fils, qui fait maintenant tout le plaisir de ma vie. »
Oh ! que l’impatience empêche de biens et cause de maux !

Fénelon

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.