Maint homme qui m'entend, lors qu'ainsi je la vante,
N'ayant oncq rien pareil en nulle autre esprouvé,
Pense, ce que j'en dis, que je l'aye trouvé,
Et croit qu'à mon plaisir ces louanges j'invente.

Mais si rien de son los en sa faveur l'augmente,
Si de mentir pour elle il m'est oncq arrivé,
Je consens que je sois de son amour privé ;
Je consens, si je mens, que mon espoir me mente.

Qui ne m'en croit, la voyë : il aura lors creance
De plus que je n'en dis, d'autant comme j'en pense.
Aussi, pour dire vray, ce n'est pas là le doute,

Si je la loue plus qu'elle n'a merité,
Si je faulx en disant plus que la verité :
Le doute est si je faulx à ne la dire toute.


Étienne de La Boétie

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann