Il s’appelle Maurice ainsi que ce soldat. 
Et se nomme Bouchor comme saint Bouche d’or. 
Soldat du rire franc, saint, sinon point encor, 
Du moins religieux d’esprit sinon d’état. 

Chaque effort de son œuvre acclame bien sa date 
Et, sous ses deux patrons, ce qu’en outre elle arbore 
C’est bien la bonne foi sortant par chaque pore 
Et l’amour du métier que chaque heure constate. 

Jeunesse folle bien, extravagante au point : 
Tel un page sa dame au cœur, sa dague au poing, 
Bondissant, comme hennissant, s’il meurt, tant pis ! 

Âge d’homme pensif et profond dont témoigne 
On dirait, l’on dirait, sonnée à pleine poigne, 
La tour changée en nourrice de Saint-Sulpice.

Paul Verlaine

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.