Midi. L’air brûle, et sous la terrible lumière
Le vieux fleuve alangui roule des flots de plomb ;
Du zénith aveuglant le jour tombe d’aplomb,
Et l’implacable Phré couvre l’Égypte entière.

Les grands sphinx qui jamais n’ont baissé la paupière,
Allongés sur leur flanc que baigne un sable blond,
Poursuivent d’un regard mystérieux et long
L’élan démesuré des aiguilles de pierre.

Seul, tachant d’un point noir le ciel blanc et serein,
Au loin, tourne sans fin le vol des gypaëtes ;
La flamme immense endort les hommes et les bêtes.

Le sol ardent pétille, et l’Anubis d’airain
Immobile au milieu de cette chaude joie
Silencieusement vers le soleil aboie.


José-Maria de Heredia

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.