Mon vers, s’il faut te le redire. 
On veut te griser dans les bois. 
Les faunes ont caché ta lyre 
Et mis à sa place un hautbois. 

Va donc. La fête est commencée ; 
L’oiseau mange en herbe le blé ;
L’abeille est ivre de rosée ;
Mai rit, dans les fleurs attablé. 

Emmène tes deux camarades. 
L’esprit gaulois, l’esprit latin ;
Ne crois pas que tu te dégrades 
Dans la lavande et dans le thym. 

Sans être effronté, sois agile ;
Entre gaîment dans le vallon ;
Presse un peu le pas de Virgile, 
Retiens par la manche Villon. 

Tu devras boire à coupe pleine. 
Et de ce soin Pan a chargé 
La Jeanneton de La Fontaine 
Qu’Horace appelait Lalagé. 

On t’attend. La fleur est penchée 
Dans les antres diluviens ;
Et Silène, à chaque bouchée. 
S’interrompt pour voir si tu viens. 

Victor Hugo

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.