Quand j’avais dix-huit ans je croyais que les grès
Qu’un peuple jette aux rois cimentent le progrès ;
Je croyais qu’il est beau, sur la place publique,
De crier, l’arme au poing : Vive la République !
J’aurais voulu mourir dans ma naïveté
Pour la démocratie et pour la liberté ;
Le peuple était pour moi ce champ encore en friche
Où germe l’avenir dans un sol gras et riche ;
Je croyais qu’au bonheur chacun aurait sa part.
Et que l’humanité s’en allait quelque part !

Oh ! que j’étais enfant dans ma noble croyance !
Les leçons du malheur et de l’expérience
Ont corrigé mon cœur, et mon rêve est brisé.

« Des vieilles royautés le vase est épuisé, »
Dites-vous ; « nous voulons du temple populaire
Gâcher avec du sang le ciment séculaire. »

Hommes ! infirmes nains qui faites les géants.
Qui remuez les cieux pour bâtir des néants,
Et croyez recueillir l’héritage d’Hercule,
Que votre orgueil stupide est vain et ridicule !
O mouches, vous croyez d’un effort martial
Faire avancer d’un pas le coche social !
Et vous ne voyez pas que le monde sans terme
Tourne autour d’un poteau comme un cheval de ferme :
Que vos efforts sont vains, et que l’humanité
Est un coucou traîné par la fatalité.


Étienne Eggis

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.