Ne hurtez plus a l'uis de ma pensee,
Soing et Soussi, sans tant vous traveiller !
Car elle dort et ne veult s'esveiller ;
Toute la nuyt en paine a despensee.

En dangier est, s'elle n'est bien pensee.
Cessez ! cessez ! Laissez la sommeiller !
Ne hurtez plus a l'uis de ma pensee,
Soing et Soussi, sans tant vous traveiller !

Pour la guerir bon Espoir a pensee
Medecine qu'a fait apareiller ;
Lever ne peut son chief de l'oreiller,
Tant qu'en repos se soit recompensee.
Ne hurtez plus a l'uis de ma pensee !


Charles d'Orléans

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.