Nimphes, meslez vos plus vermeilles roses
Parmy les lyz qui sont plus blanchissans,
Et les œillez qui sont plus rougissans,
Parmy les fleurs plus freschement decloses.

De tout cela, et des plus belles choses
Que vous ayez en voz prez verdissans,
Faictes bouquez, et chappeaux florissans,
Or’ que des champs les beautez sont encloses.

Et toy, qui fais du monde le grand tour,
Bien que tu n’ay’s au taureau faict retour,
En mile fleurs et mil’, et mil’ encore

Peins mes ennuiz, et qu’on y puisse lire
Le nom qu’Anjou doit sur tout autre elire,
Pour decorer celle qui le decore.

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.