Ô agréable Songe, où t'en vas-tu si vite ?
T'éloignant, ton départ renouvelle mon deuil,
Mon esprit, beaucoup plus prévoyant que mon œil,
N'estimait que mon heur tu dusses mettre en fuite.

Ta nature trompeuse a mon âme réduite
D'avoir banni mon bien par un fâcheux réveil.
Morphée, que n'as-tu prolongé mon sommeil,
Afin que ta faveur ne me fût interdite,

Et que mon plaisir eût duré plus longuement !
Il n'est rien plus certain qu'après la jouissance
D'un frauduleux soulas marche la déplaisance,

Qui doublement accroît l'âpreté du tourment,
Car s'un' songe menteur charme la violence
De nos maux, le réveil toute joie dément.


François Scalion de Virbluneau

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.