Ô jour heureux, heure, temps, et moment,
Auquel ma dame a d'une foi jurée
Promis secours à mon âme enferrée
Dans la prison de l'amoureux tourment !

Moi trop heureux, et trop heureux amant
D'avoir enfin ma liesse assurée
Par celle-là qui naguère acérée
Me meurtrissait si misérablement.

Mais, ah ! hélas ! je bâtis sur du sable,
Je m'éjouis de chose aussi passable
Comme est le vent : pour un nouveau jargon

Que m'a tenu ma cruelle mégère
Je m'éjouis ; mais ma joie est légère.
Sûr n'est pas l'huis que porte un faible gond.


Jean Godard

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.