Ô ma parole,
Qui troubles à peine un peu,
De tes ailes,
L'air de silence bleu !

Ô parole humaine,
Parole où, pensive, j'entends
Enfin mon âme même,
Et son murmure vivant !

Ô parole née
D'un souffle et d'un rêve,
Et qui t'élèves
De mes lèvres étonnées !

Moi, je t'écoute, un autre te voit,
D'autres te comprennent à peine ;
Mais tu embaumes mon haleine,
Tu es une rose dans ma voix.


Charles Van Lerberghe

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.