O noble esprit, des Graces allié,
Que ta vertu, la Muse, et la Nature
Ont par destin, et non par avanture,
Avec le mien etroitement lié !

O de mon cœur la seconde moitié !
Si de ton feu quelque scintile dure,
Soulage un peu le torment que j’endure,
Me consolant d’excuse, ou de pitié.

Inspire moy les tant doulces fureurs,
Dont tu chantas celle fiere beauté,
Qui t’aveugla à semblables erreurs.

Ainsi d’Amour le feu puisse descendre,
Pour amolir cet’ humble cruauté,
En l’estommac de ta froide Cassendre.

Joachim du Bellay

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.