Ô Songe doux, ô fantôme croyable
Qui m'entretiens en l'amoureux plaisir !
Entre mes bras, Hélène, mon désir,
Je te tenais cette nuit favorable,

Je suçotais ta bouche désirable
Des dieux du ciel, je touchais à loisir
Ton blanc tétin, et savais bien choisir
Sur ton beau corps un bien plus agréable !

Mais les destriers de Phébus donne-jour
T'ont emportée, ô Hélène m'amour,
Seul me laissant errer parmi ma couche,

Pensant baiser ton bel œil mon dompteur,
Je ne vis rien car tu déçus ma bouche,
Ô songe amer, ô fantôme imposteur !


Joachim Bernier de La Brousse

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.