Oeil éloigné du Jour, qui te recrée,
Comme, en l'obscur d'une nuée épaisse
Peux-tu tirer une si vive espèce
D'un corps, non corps, qui vainement se crée ?

Cœur martelé, quelle Éride est entrée
Dedans ton fort ? quelle pâle crainte est-ce,
Qui d'engendrer ta ruine te presse,
Et d'allaiter la fère de Matrée ?

Tourne avec moi, tourne avec moi, mon œil :
Le moindre rais de notre beau Soleil
Chassera l'ombre, et le ténébreux songe.

Courage, ô cœur, courage, où je te mène,
Un ris serein, un autre fils d'Alcmène,
Assommera la fère qui te ronge.


Pontus de Tyard

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.