Par l'effort du destin, ma gentille Cyprine
Languissait l'autre jour dans son lit amoureux.
Son beau front bleuissait, et son œil doucereux
Éteignait peu à peu sa flammèche divine.

Moi, pauvre, contemplant sa bouche coraline,
Me rongeais coup sur coup d'un regret douloureux,
Pour ne pouvoir chasser le poison rigoureux
Qui ternissait le jour de sa beauté poupine,

Quand le démon fatal dont relève notre heur
M'arracha ces propos du centre de mon cœur :
Thisbé, si vous cherchez les froideurs de la lame,

Que je perde avec vous ma vie et mon souci !
Je suis le triste corps duquel vous êtes l'âme,
L'un sans l'autre ne peut vivre ou mourir ici.


Joachim Bernier de La Brousse

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème sélectionné au hasard.

Coloriages, Livres et Poésie à Imprimer. Tout est gratuit !

Utilisez les liens ci-dessous pour découvrir tous les produits gratuits que j'ai créés pour vous :

Merci de me permettre de vous offrir plus de 16000 poèmes, de la poésie sur YouTube et des activités de méditation créatrice !
Johann