Etonnement de l'âme et des yeux, lorsqu'on entre
Dans cette ville active et qu'en vain nous fuyons !
Certain orgueil nous prend, on dit : « Voici le centre,
L'ardent foyer qui lance en tout lieu ses rayons. »
On vivait par le cœur, on vit par la pensée ;
Mais l'art et la pensée ont aussi leur douceur :
Comme un bel arbre, aimons la colonne élancée !
L'art vrai n'a-t-il donc pas la nature pour sœur ?
Et même les vieillards, ces mornes créatures,
A ce grand mouvement raniment leurs ressorts :
Ils vont causant entre eux de lettres, de peintures,
Et l'esprit les distrait des souffrances du corps.


Auguste Brizeux

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.