Passant par le chemin des vignes,
Étonnée, ne te voyant pas,
Je recherchai un geste un signe,
L'ombre ou la trace de tes pas.

Je m'inquiétai, et mon errance
Me conduisit loin des coteaux ;
Je découvris un grand silence,
Un cimetière et un tombeau.

Mais aux confins du vide étrange
Je t'aperçus, te promenant
Le cœur en paix, parmi les anges,
Dans les jardins du firmament.

Isabelle Callis-Sabot

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.