Versailles où l’éclat des roses s’échelonne,
Les jardins suspendus jadis à Babylone,
Et les fruits de rubis des Mille et une Nuits,
Ont charmé longuement mes innocents ennuis,
Mais, à présent, mûri par notre époque triste,
Je fuis ces visions qui poursuivent l’artiste,
Et mon regard rêveur s’abaisse volontiers
Vers la loge, où, contents végètent mes portiers :
Près du carreau poudreux où l’homme fait sa barbe
J’aime le petit pot où croupit la joubarbe.


Charles Cros

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.