Parmi le boréal silence, le zénith
Irradie âprement aux jardins d'aconit.

Enigmes et remords, les yeux des Nyctalopes
Reflètent la perplexité des horoscopes,

Et les musiciens, frères des Séraphim,
Ecoutent murmurer la harpe d'Eloïm.

De glauques nénuphars charment le regard fixe
D'une perverse Ondine éprise d'une Nixe.

Et l'écho jette au vent le rire des sabbats,
L'effroi des lits pareils à des champs de combats.

Les tentes d'écarlate où dorment les bourrasques
Crèvent sur le repos seigneurial des vasques.

Trouant l'opacité démente, le zénith
Irradie âprement aux jardins d'aconit.


Renée Vivien

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.