Peintre excellent, dont le pinceau subtil
Peut imiter, voire passer Nature,
Se faisant voir inimitable outil
Alors qu'il trace une rare peinture,

Dis-moi, veux-tu sur un tableau tirer
Le gai printemps et son fleuri visage,
Où l'oeIl humain ne cesse de mirer,
Ravi de voir quelque beau paysage ?

Il n'est besoin de peindre soutenu
Le ciel d'un mont, ni Phoebus qui éclaire,
Ni quelque nymphe ou satyre cornu,
Ni des prés verts ni d'un fleuve l'eau claire [...]

Pourtrais sans plus la parfaite beauté
De ma maîtresse et la prends pour modèle,
Et tire au vif son corsage emprunté,
Tu n'as besoin d'autre chose que d'elle.

De vert gaillard fournira son double œil,
Oeil de Minerve où verdit l'émeraude,
Et d'abondant il sera le Soleil,
Pour celui-là qui tout le monde rôde.

Ses blonds cheveux ondeusement épars,
Où les Amours à l'échine volage
Ainsi qu'oiseaux volent de toutes parts,
Sont les rameaux et le joli feuillage.

Pour les Zéphyrs doucement ventelés,
Pourra servir son vent et son haleine,
Son front fournit de blancs lis et d'œillets,
Son respirer de thym et marjolaine...


Jean Godard

Découvrez Poésie Postale, votre abonnement mensuel pour recevoir des poèmes inédits et œuvres d'art originales par la poste, le tout dans une enveloppe scellée à la cire.

Gâtez-vous ou offrez de la poésie en cadeau !

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.