Quand règne l’ombre froide et noire et son mystère,
A l’heure de minuit, quand tout dort sur la terre,
Excepté le remords, l’amour ou la douleur,
Je veille, et, triste et seul, je descends dans mon cœur ;
Je sonde en leurs replis mes détresses secrètes,
Mes doutes, mes élans, mes luttes, mes défaites,
L’espoir qui m’a trahi, le rêve où je me plus,
Et les douces erreurs, hélas ! que je n’ai plus.
Et, comme un pèlerin tombé de lassitude,
Du fond de ma misère et de ma solitude,
Je me tourne vers toi qui règnes dans l’azur,
Ô Maître ! ô Juge ! ô Père ! ami clément et sûr
De l’homme, ô Toi qui sait, qui vois et qui consoles,
Et mon esprit, Seigneur, te parle sans paroles.


Auguste Lacaussade

Découvrez mes poèmes originaux grâce au service Poésie Postale, ou en me suivant sur sur Instagram, YouTube et Tiktok.

Cliquez ci-dessous pour découvrir un poème au hasard.